Equiper la maison     L'auto     Le sport et la santé     Sortir     Se divertir     La mode     La beauté     La distribution généraliste     Le discount
Petites astuces beauté     L'écologie et le bio     Le web marchand     A chaque ville son magasin   Bon à savoir

Un "Panier des essentiels" avec les enseignes de la Grande Distribution



Depuis quelques années, les pouvoirs publics conseillent de consommer 5 fruits et légumes par jour pour être en bonne santé.

Le message commence à rentrer et le gouvernement veut maintenant aller plus loin. Frédéric Lefebvre, secrétaire d'Etat à la consommation, ainsi que toutes les enseignes de la grande distribution, doivent signer le 6 avril 2011 un accord sur le "panier des essentiels" : Une "sélection de produits alimentaires de qualité à prix attractifs".

Frédéric Lefebvre demande aux enseignes de la grande distribution d'afficher, chaque semaine, une sélection d'environ une dizaine de produits bon marché avec des qualités nutritives, qui ne sont pas des produits premier prix.

Les grandes enseignes qui vont proposer ce panier dans leurs magasins : au plus tard fin avril, chacune de ces enseignes déterminera chaque semaine le prix et la composition de son panier des essentiels, repérable en magasin par un logo unique.



L'idée est de mettre en avant des produits bruts, c'est-à-dire des fruits, des légumes, de la viande, du poisson etc. Le panier devra donc obligatoirement comporter des fruits, des légumes, de la viande, du poisson, des produits laitiers et une boisson. Exit donc les produits premiers prix comme les pizza surgelées, chips et pâtes à tartiner "très bon marché" mais qui ne brillent pas par leurs qualités nutritionnelles.
En privilégiant les produits de saison, ce panier se veut équilibré.

Et chaque enseigne sera libre de choisir les produits qu'elle met dans son panier.
Par exemple, le panier des essentiels d'un magasin Carrefour à moins de 19 euros (18,98€) :
  • 2 viandes d'origine française (une basse côte de boeuf à griller, une demi-longe de porc sans OGM)
  • 1 kg de poisson goûteux et peu onéreux (le Pangasius)
  • des légumes et des fruits (pommes de terre de type agata, des carottes, des courgettes et des oranges importées d'Espagne)
  • une baguette de pain
  • un pot de fromage blanc 0%
  • un litre de jus d'orange pur jus.
A noter que la sélection des produits du panier et le prix variera chaque semaine chez carrefour.

Et chez Cora :
  • 6 escalopes de poulet
  • un filet de merlan
  • du jambon blanc AC
  • du haché tradition 5 %.
  • des pommes de terre, des endives, des kiwis, des pommes
  • 16 yaourts aux fruits mixés
  • un pain complet 350 g
En clair, le gouvernement veut promouvoir des produits alimentaires, de bonne qualité et bon marché. Chaque semaine, les consommateurs pourront trouver dans leur supermarché, à l'exception des hard-discounters, une sélection de dix produits alimentaires. De quoi constituer des menus équilibrés pour toute la famille. "Le panier est pour tout le monde. Il ne s'agit ni du panier du pauvre ni d'un choix de produits pour ceux qui ont un gros budget", explique Frédéric Lefebvre.

Concrètement, vous ne trouverez pas de panier tout fait à l'entrée d'un magasin. Les produits sélectionnés seront signalés en rayon par un logo : un panier jaune.
Les associations de consommateurs, les enseignes de la grande distribution et le gouvernement se réuniront dans trois mois pour faire un premier bilan.




Cette initiative intervient alors que les prix des denrées de première nécessité vont augmenter cette année, en raison de la flambée du prix des matières premières agricoles.
Selon Olivier Andrault, chargé de mission alimentation à l'association de consommateurs UFC-Que Choisir, l'alimentation pose actuellement deux problèmes majeurs : "la hausse des prix qui se profile et qui se rajoute à celle que nous avons déjà connue en 2007-2008, ainsi que la mauvaise qualité nutritionnelle de notre alimentation".
Les hausses de prix "vont avoir un impact extrêmement grave sur le pouvoir d'achat des ménages, notamment pour les plus modestes. Par ailleurs, 17% des Français adultes sont obèses et 32% en surpoids, "des chiffres en augmentation constante", déplore-t-il, réclamant un "engagement global d'amélioration de la qualité nutritionnelle sur l'ensemble des rayons des produits alimentaires".